« « Retour

Kuatsu et Kwappo dojo de Lyon 69 Tassin

Aîkido lyon Tassin 69 énergie ki tchi Laurent K uchi deshi de C. Tessedre

Aîkido lyon Tassin 69 énergie ki tchi J.F. Megret, soto deshi d'Alain Peyrache

Origine des "kuatsu" à Lyon 69

Un demi millénaire après J.-C. les Japonais s'intéressent à la culture chinoise dont ils empruntent énormément de choses entre autres l'approche médicale. Sans la maîtriser vraiment, vers 900 après J.-C. ils s'isolent jusqu'à l'arrivée des Portugais à partir de 1543. Remaniant comme d'habitude à leur sauce les connaissances ainsi récupérées. Ce qui donne quand on connaît un peu le domaine énormément de différences, bien qu'ayant les mêmes origines. Le manque de maîtrise, les connaissances incomplètes et l'isolement n'améliore pas les choses.

Les points de réanimation sont aussi des points vitaux, donc pas étonnant que ces deux domaines ont été investigué en même temps.

Les "kuatsu" dans l'esprit du dojo aïkido traditionnel à Lyon 69

On retrouve ici aussi le « NYUMON » une cérémonie ou l'on jurait de ne pas divulguer les fondements de la pratique martiale, d'enseignement reçu dans le dojo.

Comme les techniques martiales ces techniques sont réservées aux seuls adhérents.

On voit à quel point ceux qui sur Internet donne des cours vidéo d'arts martiaux n'ont vraiment rien de martial et n'ont pas compris grand-chose aux arts martiaux japonais.

Leur souci est uniquement commercial comme l'indique souvent les dénominations de leur discipline par exemple le karaté zumba… pour prendre un exemple parmi une foultitude.

Il paraît que c'est l'esprit du temps, détruire sa discipline, son art pour plaire à des gogos ignares et leur prendre leurs argents, la nouvelle éthique martiale.

Les "Kuatsu" une pratique maitrisée les dojo aikido de Lyon 69

Celui qui pratique le kwatsu, à l'image de sa pratique martiale doit avoir un calme absolu, éviter toute précipitation en un mot maîtrise.

Il n'y a pas si longtemps que le rituel d'enseignement des kwatsu notamment en judo était destiné à frapper les imaginations. Lors d'un cours spécifique, réservé à certains, on étranglait un pratiquant qu'ensuite on ranimait à l'aide de kwatsu.

Une pratique dangereuse pour ne pas dire stupide.

Grâce à cela on obtient une réaction pharyngée du pratiquant ou à la moindre pression sur les carotides il tombait en syncope…

Pratiquer un kwatsu consiste en général à manœuvrer le corps seul ou à plusieurs d'une manière spécifique, à un certain rythme afin de provoquer une réaction du corps de la victime, des manœuvres abdominales thoraciques, des percussions de certaines zones réflexogènes.